Voyager en Suisse

Voyager en train en Suisse n’est pas une corvée. En fait, c’est un plaisir. Même en deuxième classe, les wagons sont spacieux et les sièges confortables. La plupart des trains sont équipés de tables, de repose-pieds et de bornes de recharge. Certains services disposent même de véritables restaurants où vous pouvez vous asseoir à une table tapissée de blanc et commander des plats allant du veau à la zurichoise à la polenta tessinoise.

Les horaires sont également conçus pour être pratiques. Par exemple, les trains intercity partent généralement à l’heure et à la demi-heure – facile à retenir – et sont planifiés pour être en correspondance avec d’autres services (pas seulement les trains, mais aussi les bateaux et les bus). Cela rend les voyages en plusieurs étapes rapides et sans tracas.

Il est également bon de savoir que vous aidez la planète. Le réseau suisse est électrifié, et la majeure partie de l’électricité est produite par de l’énergie hydraulique propre. Par conséquent, les chemins de fer suisses sont parmi les plus économes en énergie au monde.

Le meilleur conseil

Si vous ne voulez pas porter vos propres bagages, utilisez l’un des services de transfert de bagages des CFF. Les options comprennent les transferts de gare à gare et même le porte-à-porte – votre sac sera récupéré à votre hôtel et déposé au prochain.
3. L’accessibilité exhaustive

Malgré ses petites proportions, la Suisse possède un énorme réseau ferroviaire – le plus dense d’Europe. C’est aussi l’un des plus ingénieux, avec toutes sortes de tunnels astucieux, de boucles pour vaincre les pentes et de ponts abrupts utilisés pour se frayer un chemin sous et au-dessus des pics et des ondulations du pays.

Les trains peuvent donc vous emmener aux quatre coins du pays. Des lignes interurbaines rapides relient les principales gares – Berne à Lucerne en une heure seulement, par exemple. Il existe des liaisons suburbaines fréquentes, pour des excursions d’une journée faciles. Il y a même des endroits où seul le train peut aller, comme l’accès à Zermatt sans voiture, dans les montagnes ou dans les villages ruraux. Vous pouvez atterrir dans un aéroport international en milieu de matinée et, à midi, déjeuner d’une assiette de fromage d’alpage au milieu des pâturages d’où il provient. Et même s’il n’y a pas de train pour vous emmener là où vous voulez aller, il y aura probablement un autre moyen de transport public fantastique qui le fera.

Le meilleur conseil

Le Swiss Pass permet de voyager de manière illimitée sur le réseau du Swiss Travel System (trains, bus et bateaux), de bénéficier d’une réduction de 50 % sur de nombreux trains de montagne et téléphériques, et d’entrer gratuitement dans plus de 500 musées. Les pass sont disponibles pour des durées de trois, quatre, huit ou 15 jours.

4. La délicieuse diversité

La Suisse ne se résume pas aux locomotives standard. Le réseau de transport du pays s’étend aux trains d’époque et à thème, aux bateaux élégants, aux cars postaux à grande portée et même aux téléphériques et aux funiculaires, tous travaillant ensemble en parfaite synchronisation.

Cette diversité n’est pas seulement utile, elle est aussi très amusante. Par exemple, la traversée du lac de Brienz à bord d’un vieux bateau à aubes ne permet pas seulement de se rendre à destination, mais aussi de faire une croisière de plaisance et d’admirer de plus près les villages situés au bord de l’eau. Le train du chocolat de première classe combine voyage et dégustation. L’ascension du Mont Pilate en train offre à la fois une vue fantastique sur le lac des Quatre-Cantons et la possibilité de découvrir le chemin de fer le plus pentu du monde, inauguré en 1889.

De nombreux modes de transport en Suisse sont d’anciennes créations, comme les funiculaires du XIXe siècle ou les voyages en train dans les anciens tunnels. Mais il y a aussi des innovations de pointe. Inauguré en 2012, le CabriO du Stanserhorn, qui s’élève au-dessus de la luxuriante région de Lucerne, est le premier téléphérique convertible à deux étages au monde.
Conseil

Combinez les transports publics avec le vélo. Les vélos peuvent être transportés dans la plupart des trains, bus et bateaux suisses ; certains services exigent une réservation de vélo, qui peut être effectuée jusqu’à cinq minutes avant le départ. Certaines gares proposent la location de vélos et vous permettent de rendre le vélo dans une autre gare.
5. La vue par la fenêtre

Enfin, la principale raison de découvrir la Suisse en transports publics est la vue imprenable qui s’offre à vous par la fenêtre. Et, comme vous n’êtes pas au volant, vous pouvez vous y perdre totalement ; vous n’avez qu’à vous concentrer sur votre regard.

Chaque kilomètre apporte une nouvelle perspective – de lacs étincelants, de pâturages grignotés par les vaches, de prairies fleuries, de contreforts ondulants et de montagnes gargantuesques. En voyageant de cette façon, vous voyez un paysage se fondre dans un autre, le pays se transforme, roule et se dresse devant vos yeux, offrant une image plus complète de la Suisse.

Tous les voyages en Suisse ont leurs plaisirs, mais certains sont vraiment impressionnants. La ligne du GoldenPass est l’un de ces itinéraires – un trajet spectaculaire entre Montreux et Lucerne qui passe par trois cols de montagne, huit lacs et une série de sommets de 4 000 mètres d’altitude. Ou, pour le summum, essayez le voyage d’Interlaken, à cheval sur le lac, jusqu’au Jungfraujoch, la station la plus haute du continent : descendez d’abord la vallée de Lauterbrunnen, puis montez à bord de l’historique train à crémaillère de Wengernalp jusqu’à Kleine Scheidegg avant de sauter dans le train de la Jungfrau. En deux heures à peine, vous pouvez vous retrouver au sommet de l’Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code